À propos

 

Se faire une place dans la République des Lettres madrilène au temps de Philippe III et Philippe IV, en écrivant en portugais, en espagnol ; prendre position dans les polémiques littéraires, historiques et même scientifiques du temps : voilà qui caractérise l’orgueilleux et prolifique Manuel de Faria e Sousa. Le projet “Poligrafaria” se propose de documenter et d’analyser les stratégies politiques, littéraires et courtisanes de promotion d’un auteur polygraphe de la première modernité.

Le projet prend date en avril 2019 et est destiné à se prolonger sur deux ans (2019-2021). Il réunit une équipe internationale et pluridisciplinaire autour de la publication d’un ouvrage de synthèse sur l’auteur et de plusieurs éditions numériques d’une partie de son corpus. Sur ce blog, nous rendons compte des avancées du projet dans les deux langues des sources convoquées, l’espagnol et le portugais, et offrons à un public élargi des outils pour appréhender cette figure d’écrivain-passeur entre Espagne et Portugal.

 

Le projet est porté par
Aude Plagnard (IRIEC, Université Paul-Valéry — CLEA)
Joseph Roussiès (CRES-LECEMO, Paris 3 — Université de Lorraine).

Poligrafaria bénéficie de l’appui de
– l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3 (Faculté des Lettres, Arts, Philosophie, Psychanalyse — Département des Lettres modernes) ;
– l’Institut de Recherche Intersite d’Études Culturelles (IRIEC, EA 740) ;
– l’Universidade de Macau ;
–  la Maison des Sciences de l’Homme Sciences Unies avec la société pour un autre Développement (MSH SUD) ;
– et de la composante Littérature de l’Espagne et du monde hispanique au Siècle d’Or (LEMH) de l’équipe Civilisations et Littératures d’Espagne et d’Amérique du Moyen Âge aux Lumières (CLEA, EA 4083) de Sorbonne Université.